• Accueil
  • Tech
  • Enregistrer discrètement avec les micros OKM II

Tech

Enregistrer discrètement avec les micros OKM II

Pour le prise de son j'utilise depuis longtemps un couple microphonique OKM II de la firme allemande Soundman. Ce petit système stéréo a l'apparence d'une paire d'écouteurs de balladeurs. Ceux-ci sont très légers mais surtout discrets. J'emploie ce couple notamment pour les enregistrements de paysages sonores urbains afin d'éviter les sempiternels "Bonjour micro !", "C'est pour la télé ?" et autres commentaires ineptes chaque fois qu'un microphone est visible. En outre, le fait de porter ce qui apparaît comme des écouteurs donne un prétexte pour stationner à peu près n'importe où en ayant l'air occupé lorsqu'on veut capter le son sans donner l'impression d'être attentif à ce qui se passe sur place.

 

Les deux capteurs se placent dans les conduits auditifs exactement comme des écouteurs. Les pavillons et la tête du preneur de son forment un obstacle entre les deux canaux de captation et on a donc un système similaire à une tête artificielle. Il s'agit donc d'un système de stéréophonie binaurale. Les capteurs n'empêchent par le preneur de son d'entendre tout à fait correctement les sons qui l'entourent.

 

Le couple OKM II est un couple de capteurs omnidirectionnels à électret terminé par un mini-Jack stéréo. Ils ont donc besoin d'une alimentation continue de polarisation. Soundman propose un boîtier qui contient une pile de 6V (ainsi qu'un filtre passe-haut). Ce boîtier est disponible avec un connecteur mini-Jack (référence A3) ou deux connecteurs XLR (modèle A3-XLR). Sound man commercialise aussi un boîtier fabriqué par la société brittanique DACS et qui permet en principe d'utiliser une alimentation fantôme et transformer la tension de +48V en une tension de+ 6V, mais ce boîtier est plutôt destiné aux consoles de studio et n'est pas adapté aux enregistreurs portables (j'ai pu vérifier moi-même le bien-fondé de cette restriction).

 

L'OKM II est commercialisé selon plusieurs versions. J'ai personnellement la version Studio, c'est-à-dire celle qui offre la plus grande sensibilité et pour laquelle les deux capteurs sont appariés, ce qui garantit une certaine cohérence entre les deux canaux de la stéréo. Les autres versions sont surtout adaptées à de la captation en concert pop-rock et affichent une sensibiité inférieure mais une capacité à recevoir des niveaux plus élevés.

 

Le son obtenu est tout à fait correct pour autant que le préamplificateur sur lequel le couple est branché soit correct lui aussi. Le rapport signal-bruit est plutôt large sans être extraordinaire. La courbe de réponse en fréquence est perceptivement équilibrée, peut-être un peu faible dans l'extrême-aigu. La stéréophonie est très large lorsqu'on écoute le son enregistré au casque puisqu'il s'agit d'une technique de prise de son binaurale. En théorie, on pourrait même avoir une spatialisation en azimut sur 360° mais je n'ai pas l'impression que l'OKM II soit réellement capable de fournir ce résultat. Sur haut-parleurs la rampe stéréophonique devient malheureusement assez étroite. La raison en est la diaphonie transaurale, c'est-à-dire que le son envoyé par le haut-parleur de gauche arrive aussi à l'oreille droite et réciproquement. Bien sûr, le son qui arrive depuis un haut-parleur vers l'oreille opposée arrive plus tard, atténué et aussi filtré mais il réduit tout de même la largeur stéréophonique.

 

La solution consiste à traiter le son par un plug-in qui va annuler la diaphonie transaurale en ajoutant sur chaque canal un signal qui annule le signal de l'autre canal lorsqu'il est transmis par haut-parleur. Il existe quelques outils permettant ce genre d'opération. En l'occurrence j'ai trouvé sur le site Hotto Engineering un plug-in gratuit qui porte le nom de Ambiophonic Transcoder. Celui-ci offre notamment un réglage crucial de retard pour le signal d'annulation de la diaphonie transaurale, qui permet de retrouver une largeur stéréophonique réelle. Ce retard s'ajuste en microsecondes et on perçoit vite son importance, car un mauvais réglage introduit un filtrage très destructeur.

 

L'inconvénient principal de ce système de prise de son est sa sensibilité au vent. Soundman commercialise une bonnette spécifique mais celle-ci fait perdre toute discrétion (elle ressemble à un casque qu'on emploie en hiver pour protéger ses oreilles du froid). Pour le reste, il est très satisfaisant, surtout pour la captation en extérieur et en milieu urbain.